C’est une décision sans précédent de la justice britannique, qui s’est prononcée pour l’indemnisation de plus de cinq mille deux cents survivants kényans ayant subi des actes de torture par les forces coloniales pendant la rébellion des Mau Mau, dans les années 1950, selon le Guardian. Plus de 23 millions d’euros seront débloqués à cette fin. Chaque victime devrait ainsi recevoir aux alentours de 3 000 euros, dans un pays où le revenu annuel est d’environ 500 euros.
L’accord, qui fait suite à des poursuites engagées contre le gouvernement britannique par trois Kényans de plus de 70 ans, pourrait encourager d’autres personnes, dans d’autres anciennes colonies, à faire entendre leurs revendications concernant des faits remontant à l’époque de l’Empire britannique.

« Le gouvernement britannique reconnaît que des Kényans aux mains de l’administration coloniale ont été victimes de tortures et de mauvais traitements », a déclaré au Parlement le ministre des affaires étrangères, William Hague.
Avant d’ajouter : « Le gouvernement britannique regrette sincèrement ces abus qui ont entaché la marche du Kenya vers son indépendance. »

Pour sa part, le secrétaire général de l’association des vétérans de guerre Mau Mau a déclaré que c’était « un grand jour pour nous. C’est la confirmation que nous étions des combattants de la liberté et non des terroristes ».

VERS UN EFFET DOMINO ?

D’anciens rebelles de l’EOKA (Organisation nationale des combattants chypriotes), qui luttait contre l’occupation britannique de Chypre, ont d’ores et déjà annoncé qu’ils comptaient aussi demander réparation au gouvernement pour des actes de torture perpétrés dans les prisons chypriotes.

Selon des historiens et des avocats cités par le Guardian, le gouvernement britannique pourrait devoir répondre d’actes similaires au Swaziland et au Guyana (ancienne Guyane britannique). Mais selon le quotidien, ils ne pourront pas être étudiés par les tribunaux anglais, qui ne traitent pas des faits antérieurs à 1954.

 


Source : Le Monde


23 millions d’euros d’indemnisation pour des survivants kényans victimes d’atrocités coloniales

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>