Les services burundais auraient, dès 2013, signalé les deux frères comme « suspects » à leurs homologues français, en raison de leur intégrisme religieux.

Le frère de Bertrand « Bilal » Nzohabonayo, français d’origine burundaise abattu samedi en France après avoir agressé des policiers dans un commissariat, a été arrêté peu après dans la capitale du Burundi, Bujumbura, a annoncé le Service national de renseignement (SNR).

« Nous avons arrêté Brice Nzohabonayo samedi alors qu’il était chez un de ses oncles à Bujumbura, où il venait de passer quelques jours en provenance de la France », a déclaré à l’AFP le porte-parole du SNR, Télesphore Bigirimana. « Il est détenu dans nos services où il est en train d’être interrogé », a ajouté Télesphore Bigirimana, précisant être « en contact avec les services français sur ce cas ». Selon des sources policières burundaises, le jeune homme n’a pas opposé de résistance au moment de son arrestation.

Le porte-parole du SNR a assuré que les services burundais avaient, dès 2013, signalé les deux frères – qui se rendaient régulièrement au Burundi – comme « suspects » à leurs homologues français, en raison de leur intégrisme religieux. Les enquêteurs burundais cherchent notamment à savoir quand les frères, nés dans une famille chrétienne et qui ont émigré en France en bas âge, « ont basculé dans l’islamisme pur et dur » et à vérifier s’ils ne préparaient pas un attentat au Burundi, selon des sources policière et au SNR.

« Islamisme radical »

Bertrand Nzohabonayo a été abattu samedi par des policiers alors qu’il avait fait irruption dans un commissariat de Joué-lès-Tours, commune de 36 000 habitants du centre-ouest de la France, et avait blessé trois de leurs collègues avec un couteau, aux cris d' »Allahou Akbar » (Dieu est le plus grand). L’homme était connu pour des affaires de petite délinquance, trafic de stupéfiants, extorsion, vol à l’étalage et recel, selon une source proche du dossier, et l’enquête s’oriente vers un attentat « motivé par l’islamisme radical ».

Petit pays de l’Afrique des Grands Lacs, le Burundi fournit plus de 5 500 soldats à l’Amisom, ce qui en fait l’un des principaux contributeurs de troupes de cette force de l’Union africaine qui combat depuis 2007 les islamistes shebab en Somalie. « Nos services sont en permanence en train de surveiller les milieux islamistes et nous avons déjà déjoué des complots visant à frapper ce pays ou arrêté des islamistes de retour au Burundi après avoir reçu une formation terroriste à l’étranger », a expliqué à l’AFP un haut gradé du SNR, sous le couvert de l’anonymat. L’Ouganda, le Kenya et Djibouti, autres pays fournissant des troupes à l’Amisom, ont été victimes d’attentats des shebab.

Source : AFP

Arrestation au Burundi du frère de l’agresseur de policiers français

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>